Sie sind nicht angemeldet.

Lieber Besucher, herzlich willkommen bei: LUX-FORUM. Falls dies Ihr erster Besuch auf dieser Seite ist, lesen Sie sich bitte die Hilfe durch. Dort wird Ihnen die Bedienung dieser Seite näher erläutert. Darüber hinaus sollten Sie sich registrieren, um alle Funktionen dieser Seite nutzen zu können. Benutzen Sie das Registrierungsformular, um sich zu registrieren oder informieren Sie sich ausführlich über den Registrierungsvorgang. Falls Sie sich bereits zu einem früheren Zeitpunkt registriert haben, können Sie sich hier anmelden.

101

22.05.2008, 23:30

DIA

@ machia

DIA do war dach eppes...

aus dem ganser sengem buch : belgium chapter p. 231

"Paul Latinus war ein hochranginger Rechtsterrorist auf europaischer Ebene. nach eigenen Aussagen wurde er neben anderen Quellen vom militärischen Geheimdienst des Pentagons der US Defence Intelligence Agency (DIA), bezahlt.

Ein ehemaliger Nukleartechniker und Informant der belgischen Sureté hatte Latinus im jahr 1967 als 17-jährigen für die DIA rekrutiert. Später bildete ihn die NATO aus. Der belgische Journaliste Haquin, der über den Terroristen Latinus ein Buch geschrieben hat, sagt dass, " während einer juristischen Untersuchung, in die er verwickelt war, Latinus diese ausländische Organistation nannte. Es war die Defense Intelligence Agency(DIA), das militärische Gegenstück zur CIA".

wien war den den letzebuerger latinus ??
esou eng ausbildung kritt een jo wuel net an der ecole militaire ?

die 2 ex bmg agenten ginn jo vum maitre vogel vertrueden, deen kient sech jo emol zu wuert mellen, mee dest fällt jo danns erem ennert den secret d instruction, ass jo och sier bequem, well esou kann keen eppes soen...
waat ass iwerhaapt d ukloo ??


sou an elo ass schluss


cy
wou sin ech drun ?

de richtege Wee : "Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."

"Deception is a state of mind and the mind of the State" :thumbup:

Dieser Beitrag wurde bereits 1 mal editiert, zuletzt von »c23y78« (22.05.2008, 23:39)


Machiavelli's Ghost

unregistriert

102

23.05.2008, 15:38

den letzebuerger paul latinus?
et muss ein emol den biever froen? mei dein enqueteiert jo net an dei richtung

den paul latinus wuer och am WNP ( dei waren an tueries fous du brabant verweckelt) an den WACL an nach munch aner obskur organisatiounen
wei hien durno wollt auspacken, huet hein sech suicideiert
bon, daat as dei offiziel versioun
genau esou wei den madani bouhouche, dein sech maat en motorsae, einfach emol esou den kapp ofgeschnidden hat
offiziel versioun: "accident"

jo sachen gin et...

103

23.05.2008, 19:06

E Faass an den Affären mat dran zu Letzebuerg? an der Belsch?

Et wor viru Kuurzem an enger Show e Faass an Zesummenhang mat der Letzebuerger Verbriechensserie genannt ginn.
Ass daat Faass och an der Belsch verdächtegt oder do net?

Am Frankreich woren 1980 an duerno och Terroristen, hiiren Numm "action directe"...
Religionen wachsen nicht im Bauch sondern im Kopf.
Die fünf ersten Dogmen der Religion von der Börse lauten:
Die Börse ist aller Anfang.
Die Börse hat aus zwei ihrer Rippen das Geld und die Erde erschaffen.
Im Garten Eden hat das Geld die Börse geschwängert.
Die Börse hat einen grossen rot glänzenden Apfel gelegt mit Eva und Adam im Kern drinne.
Die ersten Menschen haben sich aus dem reifen Apfel gebohrt und sich die Erde untertan gemacht, chaotisch unter der Oberaufsicht von Börse und Geld.

Dieser Beitrag wurde bereits 3 mal editiert, zuletzt von »iRobot« (23.05.2008, 19:43)


Machiavelli's Ghost

unregistriert

104

28.05.2008, 19:42

sali iRobot!

kommen do net richteg maat? "faass" wien, wou , waat as daat?

merci am viraus
m.

105

30.05.2008, 22:01

Eilmedung

an der yellow press vun der caap sollen nei sensationell revelatiounen sinn.

wees een eppes dovunner?

eppes neies oder copy-paste villait och eng nei "erscheinung" ?


merci fir all informatioun

cy
wou sin ech drun ?

de richtege Wee : "Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."

"Deception is a state of mind and the mind of the State" :thumbup:

106

31.05.2008, 00:06

RE: Eilmedung

an der yellow press vun der caap sollen nei sensationell revelatiounen sinn.
wees een eppes dovunner?
eppes neies oder copy-paste villait och eng nei "erscheinung" ?
Ech hun héiren de Juncker wär mat sengem Chauffeur fir 3 Minuten an senger Villa op der Cap virstelleg gin,
fir seng gestreckten Hiemer do oofzehuelen ... méi wees ech net !
(CY du hues e PN vu mir !)
Das sogenannte Theodizeeproblem :
Kann oder will Gott das Leid in dieser Welt und die Untaten seiner Kirchenmänner nicht verhindern?
Wenn er es nicht kann, ist er nicht allmächtig, wenn er es nicht will, dann ist er nicht allgütig !

107

06.06.2008, 18:51

Schon am fiergen Forum hun ech et gesoot: Fer wien ze schuetzen probéieren ons Politiker (vun alle Bord'en) esu verkrampft den Déckel op der Saach ze haalen. Ech sin jo net superschlau. Awer et get do nemmen een eenzegen, dem se sech daat schelleg fillen kennen. An daat ass bestemmt net nemmen eng Handvoll HAulien bei der demolseger Gendarmerie. Op do Belsch mat am Spill waren, daat wees ech net, awer onsen Aparat ass dach stark genug, fier op d'mannst e puer letzebuerger, a siefen se entretemps nach esu déck Déieren gin, opfléien ze loossen..... oder iiren ech mech do?

Machiavelli's Ghost

unregistriert

108

17.06.2008, 00:09

waat erem "piste politique" an speziel dei vun der "strategie de tension" geif favoriseieren

hei nach en artikel aus belge iwer den oesling 84 manoeveran attaque zu viesalm an der belge- wuren do letzebuerger waffen am spill? eng fro dei den artikel opwerft?

op allen fall wueren opmanst 10 us special forces dei moment zou letzebuerg an hun vun engem eileicker bauerenhaff opereiert;

hei den artikel
http://i34.servimg.com/u/f34/09/03/15/13/img32810.jpg

Machiavelli's Ghost

unregistriert

109

17.06.2008, 00:18

an weider- waat ein net esou esou alles bei eisen belgen noperen fennt!


Sujet: Re: 12 mai 1984 : vol d'armes dans la caserne de Vielsalm Dim 15 Juin 2008 - 10:59
http://tueriesdubrabant.winnerbb.com/

L'ATTAQUE DE VIELSALM ET OESLING 84
HAQUIN,RENE
Jeudi 15 novembre 1990

L'attaque de Vielsalm et «Oesling 84»
L'enquête demandée par le ministre Coëme porte aussi, a-t-il précisé mercredi, sur les activités militaires en cours lors de l'attaque de la caserne Sergent Ratz des Chasseurs ardennais à Vielsalm, dans la nuit du 13 mai 1984. Barbelés cisaillés, milicien ligoté, barreaux de l'armurerie sciés, double vitrage découpé au diamant, dépôt dévalisé: 20 fusils automatiques légers (Fal), des mitraillettes Vigneron et trois vieux Lee Ensfield. L'adjudant de garde, M. Freches, dégaîna (son arme n'était pas chargée) et fut abattu d'une rafale (quatre balles dans le corps). Il survécut.

Dans les jours qui suivirent, l'armée ne souffla mot d'une manoeuvre secrète, baptisée «Oesling 84», qui se déroulait pendant ce mois de mai dans la province de Luxembourg et au Grand-Duché. L'auditorat militaire chargé de l'enquête se dessaisit rapidement en faveur du parquet de Marche-en-Famenne, les enquêteurs considérant que les auteurs potentiels devaient être des terroristes d'Action directe ou des CCC.

Deux FAL provenant de Vielsalm furent retrouvés en 1985 dans une cache des CCC, rue des Cottages à Uccle. En octobre 1985, quinze mois après l'attaque de Vielsalm, Lucien Dislaire, un habitant de Houffalize, détenu depuis peu pour une autre cause et alors en cavale en France, nous fit d'importantes révélations.

Dislaire disait avoir participé, à la demande du S2 (officier provincial de sécurité), aux manoeuvres «Oesling 84» visant à l'entraînement de «Special forces» américaines, droppées sur la province début mai et engagées dans des opérations conjointes avec des paras belges. La manoeuvre, calquée sur l'organisation de la résistance en 1944, était téléguidée à partir d'un état-major en Grande-Bretagne, relayé sur le continent par un QG au Luxembourg et par deux cellules de contact, à Diekirch et à Vielsalm.

La mission de Dislaire (comme d'une dizaine d'autres civils, la plupart anciens militaires de la province) était celle d'un officier de liaison: fournir nourriture et munitions, assurer les contacts radio entre les groupes - tous en civil - et assurer leurs déplacements à bord de véhicules civils. Pour cela, Dislaire avait sa Volvo et s'était procuré un vieil autocar et un camion bâché. Le 12 mai vers 19 h, nous dit-il, il avait transporté des commandos de Flawinne et des hommes des «Special forces» (qui ne s'exprimaient qu'en anglais et dans les langues de l'Est) dans les environs de la caserne de Vielsalm. Les Américains étaient nerveux depuis plusieurs jours, les ordres d'opération tardant à venir à la suite de la «destruction», début mai du QG du Luxembourg.
Des attaques-surprise avaient déjà été menées depuis le début du mois contre la gendarmerie de Neufchâteau (attaque nocturne à la grenade d'exercice qui faillit tourner mal, les gendarmes n'ayant pas été prévenus), contre un dépôt de carburants à Bastogne, contre la gendarmerie de Longlier. Une opération de sabotage visa le relais RTBF de la forêt d'Anlier.

Au lendemain de l'attaque de Vielsalm, la manoeuvre tourna court. Les Américains furent évacués vers l'Allemagne, les commandos rentrèrent. Les autorités judiciaires, peu informées par les militaires, convoquèrent leurs responsables belges et américains (en novembre 1985). Puis le dossier fut transmis à Bruxelles.

Les CCC ne furent jamais inculpés pour Vielsalm, le parquet général ayant conclu à un vol par inconnus, probablement des truands auxquels les terroristes avaient dû racheter les deux armes...

Semblables exercices étaient organisés tous les deux ans, déjà dans les années 70. Après Vielsalm, un dernier «Oesling», moins musclé, eut lieu en 1986.

RENÉ HAQUIN

Source : Le Soir, 15 novembre 1990

Dieser Beitrag wurde bereits 1 mal editiert, zuletzt von »Machiavelli's Ghost« (17.06.2008, 12:23)


Machiavelli's Ghost

unregistriert

110

17.06.2008, 12:44

daat kann jo nach lusteg gin; an daat alles virun den wahlen ...

Au Luxembourg, la presse s’inquiète des mensonges accumulés à propos de la manœuvre Oesling et des vérités qui se font jour. L’affaire fait grand bruit là-bas. Marlair et moi-même sommes contactés par des journalistes d’investigation plein d’entrain.
hei den ganzen artikel - lettre ouverte , vum dislaire

( bio dislaire => http://youtube.com/watch?v=lyCfTnihbKc )

Monsieur le Ministre de la Justice

A Monsieur le Procureur Général
de et à MONS

A Monsieur le Directeur de l’Agence Belga

Veuillez trouver ci-après une
« Lettre ouverte à la Justice et à la Presse belges »
relative à l’affaire Vielsalm. Le 13 mai 1984 à 02h05, alors qu’il effectuait un contrôle de sécurité à la caserne du 3ChA, monsieur Carl Fresches était froidement abattu par des inconnus occupés à vider l’atelier d’armement de la caserne Ratz.

L’enquête, confiée au Parquet de Marche-en-Famenne, fut ensuite transmise au Parquet de Bruxelles, accaparée par la Sûreté de l’Etat pour être finalement remballée à Marche. Sans aucun aboutissement ! Même si, un temps, la piste interne à l’armée fut envisagée, même si l’affaire fut citée en marge des tueries du Brabant wallon, même si les CCC furent soupçonnées, je fus le seul et unique inculpé dans ce dossier. Et le non-lieu prononcé en 1991 ( après six ans de recherches biaisées et souvent fantaisistes ) ne me satisfait nullement.

Au nom de l’adjudant Fresches abattu et « achevé » à bout portant alors qu’il faisait simplement son job et en raison des nombreuses vicissitudes que cette affaire m’a créées, j’en appelle à la Presse belge pour qu’elle joue son rôle de « Quatrième Pouvoir ». J’en appelle à la Justice de mon pays pour qu’enfin elle regarde dans la bonne direction, qu’elle prenne en compte mon vécu sur le terrain dans cette manœuvre et spécialement lors de cette nuit fatidique.

Tout citoyen a des devoirs, mais aussi des droits. J’ai celui de me faire entendre. Et j’en userai, puisque telle est la loi.

Avec toute ma considération
.

Lucien Dislaire

Transmis copie :

A Monsieur Carl Fresches A Monsieur Gilbert Dupont ( La Dernière Heure )
à Walrode à Bruxelles

A Monsieur le Procureur Général A Monsieur Michel Petit ( Le Jeudi )
de et à Liège à Esch-sur-Alzette

A Madame le Procureur du Roi A Madame la Rédactrice en chef ( Le Soir )
de et à Marche-en-Famenne à Bruxelles ( articles de René Haquin )

A Monsieur J-C Marlair
à Couvin

ATTAQUE DE LA CASERNE RATZ A VIELSALM

Lettre ouverte à la Justice et à la Presse belges

Permettez-moi de vous rappeler les faits. En pleine manœuvre Oesling 1984, un commando attaque la caserne des Chasseurs ardennais et y dérobe une vingtaine d’armes. L’adjudant Fresches est froidement abattu. Mis au sol par une première rafale d’abord, on tente de l’achever ensuite à bout portant. Rien à voir avec une « bavure ordinaire ! »
Jean-Claude Marlair était à l’époque le commandant de compagnie de la victime. Vous connaissez le dossier qu’il a établi avec les moyens du bord depuis quatre ans et qui fut transmis par la Ministre de la Justice au Parquet Général de Mons en septembre 2007. Ses recherches touchent enfin au but.

Dès l’ouverture de l’Instruction, les responsables d’Oesling étaient au courant de mes activités de partisan sur le terrain. Cette manœuvre aux objectifs non-conventionnels me séduisait : des paracommandos, des chasseurs ardennais, les services secrets belges et les célèbres Special - Forces américaines, rien que du beau monde à mon sens. Ma présence s’apparentait à un devoir civique. Telle est ma nature de patriote. Mon appartenance aux commandos, ma participation aux opérations humanitaires liées au fiasco de l’Indépendance du Congo et mon engagement comme mercenaire au Katanga sont bien connus de tous. J’avais répondu à la vocation des Autorités belges d’intervenir dans les affaires du jeune Etat. Tellement simpliste de me coller sur le dos une étiquette de « tueur ! » J’ai toujours assumé mon passé et je tiens à être clair : ayant vécu les massacres de 1960-61, je m’étais engagé non pas pour casser du Nègre mais pour sauver du Blanc ! Un point c’est tout.
En clair, mon inculpation en septembre 85 se basait, non sur des faits probants, mais sur la volonté de me punir d’avoir parlé à la presse, en l’occurrence à René Haquin( voir Le Soir du 12-9-85 ) On noya le poisson - où plutôt le poison – qui osait « salir l’armée » et braver les interdits. On m’accusa de forfanterie, on me traita d’affabulateur. Et on maintint pendant six ans l’inculpation d’attaque de l’armurerie avec vol d’armes et tentative d’assassinat. Bref, j’étais un terroriste !

Or, aujourd’hui, plusieurs constats s’imposent :
- René Haquin, dont le professionnalisme ne peut être sérieusement mis en cause, conseilla à son ami Marlair de retrouver Lucien Dislaire. En fin de vie, le journaliste rageait de son impuissance, cloué par la maladie et humilié par les intimidations du passé. « Dislaire parle vrai ! » telle était la conviction qu’il transmit à l’officier.
- Le commandant Marlair en pleine recherche se dit effaré de la manipulation des faits et des hommes. Soyons bref. Si j’ai joué plusieurs fois un rôle « d’attaquant » hors du périmètre de la caserne, à un moment précis l’officier s’est opposé à une attaque déjà en cours. Les recoupements s’en trouveront facilités. Nous nous sommes entretenus de tout cela avec Gilbert Dupont au domicile de J-C Marlair. ( La Dernière Heure du 22-01-2008 )

Nouveau rebondissement avec l’affaire du « Bommeleeër » au Grand-Duché de Luxembourg. Entre 1984 et 86, dix-huit attentats y furent commis, le premier quinze jours après la manœuvre Oesling. Coup de tonnerre : fin 2007, deux gendarmes sont inculpés ! Le Ministre de la Justice Frieden « décapite » la police grand-ducale fin janvier 2008. Pierre Reuland, patron des polices, et son adjoint Guy Stebens sont suspendus.
Au Luxembourg, la presse s’inquiète des mensonges accumulés à propos de la manœuvre Oesling et des vérités qui se font jour. L’affaire fait grand bruit là-bas. Marlair et moi-même sommes contactés par des journalistes d’investigation plein d’entrain.

Machiavelli's Ghost

unregistriert

111

17.06.2008, 12:44

an hei geit et weider

Le Major Urbain, très actif à Oesling 84, revint en 85 à Vielsalm en fonction de second. En septembre 85, il répondit donc aux questions de René Haquin relatives à notre entretien à Paris. ( Le Soir du 12-9-1985 ) Début 2008, 23 ans plus tard, Urbain est lui-même interviewé par Michel Petit. ( Le Jeudi du 22-2-2008 ) L’officier fait alors étalage de sa conception dogmatique des opérations, s’alignant en béni-oui-oui sur une vérité imposée et analysant les événements avec une légèreté alarmante. « Nous, on riait ! » déclare-t-il en se moquant des « collègues » américains. C’est faire là peu de cas des souffrances de Carl Fresches et des questionnements de la majorité des gradés du 3ChA.
Mais puisque Dislaire fantasme et que Marlair est parano : où est le problème ?

Le 22 février 2008, « Le Jeudi » publie l’interview de J-P Urbain. Et en annexe, le pro-justitia de son audition du 29-11-1985 ! Plutôt stupéfiant ! Mais revenons sur la chronologie des faits. R. Haquin publie mes révélations le 12 septembre 85. S’en suivirent mon inculpation et mon extradition du Luxembourg. Le Parquet de Marche auditionna alors les protagonistes de Oesling. Le 29-11-85, Urbain est entendu par le chef de la PJ ( Claude Gosset ) qui transmet le PV au Juge Pochet.
Attardons-nous sur cette déclaration du sieur Urbain. Il savait dès le 07-05-84, je cite : « …une attaque était également projetée dans le Nord, et plus précisément la caserne de Vielsalm, en l’occurrence le parc hélicoptères. Je pense que cette attaque avait été projetée pour le week-end suivant, c’est-à-dire du 12 au 13/05/84. Je n’en suis cependant pas formel. Le Lt Van Galle m’a dit que le Lt Choffray était déjà au courant de ce projet. Il a ajouté que cette attaque devait être faite par le Lt Choffray… » Urbain cloue d’emblée l’organisation même d’Oesling au pilori. Lisons : « …comme ils n’avaient pas d’objectifs précis à attaquer, ils en ont purement et simplement inventés, pour s’occuper. »
On croit rêver ! Joli déversement des ordures sur les collègues et les « petits ». De plus, la date mentionnée par Urbain correspond à la nuit où Fresches fut buté. Dans ma narration à R. Haquin ( antérieure de trois mois au pro-justitia de Urbain ) j’avais mentionné l’achat de bombes de couleur pour taguer les hélicoptères. Cet achat a été d’ailleurs contrôlé par le journaliste et par la police. Et j’ai révélé à monsieur Dupont ( La Dernière Heure 22-6-08 ) lors de notre rencontre au domicile de J-C Marlair, le nom de mon officier-contact et chef du peloton belgo-américain dans la région : le lieutenant Marcel Choffray !
CQFD.
Deux éléments sont à ajouter. D’abord, le commandant Marlair dispose de tous les éléments accréditant la manipulation des commandos de Flawinne la nuit du 12/13 mai au profit d’un projet pervers. Ensuite, on m’a raconté pis que pendre sur le compte de monsieur Fresches, on m’a menacé tant et plus. Convaincu de la version « bavure de manœuvre », j’avais tu jusqu’alors l’identité de Choffray au nom de la camaraderie entre commandos.
Je laisse à Urbain et à Choffray le soin de demander des explications au Parquet de Marche pour avoir refilé – Dieu sait comment – des pièces d’une affaire aussi sensible, si ce n’est « secrète ». Quelques pièces seulement ? Ou tout le dossier ? La presse étrangère va se poser une fois de plus des questions sur le sérieux de notre système judiciaire.
Ceci, d’autant plus que le Parquet de Marche n’est pas nécessairement le seul concerné. En effet, tout au long de la procédure, le Parquet de Marche-en-Famenne fut dessaisi à deux reprises. On peut légitimement se poser des questions sur l’origine des fuites : Marche, Bruxelles ou Jumet ?

Il est temps maintenant de couper les ailes au canard nommé « CCC. »
Si l’on s’en tient à la version répandue à gogo sur la culpabilité des CCC, le dossier relève du terrorisme. Dès lors, comme dans les tueries du Brabant wallon, la prescription doit être portée à 30 ans, soit jusqu’en 2014 ( plus les actes interruptifs ). Pourquoi la Justice belge a-t-elle, dès lors, fait pareil cadeau à Pierre Carette et aux siens ?
Au nom des CCC, Carette revendique ( paraît-il ?) l’attaque de Vielsalm, sans aucun élément probant. Il serait donc logique et urgent de lui coller l’inculpation qu’on m’a mise sur le dos : en tant qu’auteur, co-auteur, instigateur ou complice de cette attaque.
Lors de leur procès aux Assises à l’automne 1988, les CCC ne furent JAMAIS inquiétées par l’affaire Vielsalm. Si Carette ne fut jamais inculpé, c’est bien parce ses déclarations étaient des coquilles vides et fantaisistes et qu’il fut parfaitement instrumentalisé ! Alors, impossible d’amener cette affaire dans un prétoire et de déballer les remugles de 24 ans d’inerties et de manipulations.
Il fallait du sang dans l’affaire CCC et il y en eut Rue des Sols à Bruxelles. Si Carette, réellement, revendique l’attaque de Vielsalm ( tentative d’assassinat, mise à mort avec coup de grâce ) depuis plus de vingt ans, pourquoi la Justice n’a-t-elle pas agi ?
Dislaire et Carette étant hors du coup, il faudra bien ouvrir la boite de Pandore soigneusement fermée depuis plus de vingt ans et trouver le troisième larron : le bon cette fois-ci ! A moins qu’on ne refuse la vérité au bon peuple de Belgique ?

J’envisage donc :

- De demander la réouverture du dossier Vielsalm sur base de la loi antiterroriste

- De demander des comptes au Parquet de Marche-en-Famenne pour divulgation des pièces du dossier de l’attaque de Vielsalm

- De demander le désistement du Parquet de Marche qui n’a jamais finalisé ce dossier tout en se distinguant par son acharnement à mon égard.

- De déposer plainte contre Pierre Carette pour l’attaque de Vielsalm pour, je cite : «…comme auteur, coauteur, complice ou instigateur, des armes ayant été montrées et utilisées, et tentative d’assassinat sur l’officier de garde. » Mon inculpation reste à ce jour la seule prononcée dans cette affaire « oubliée » Celle de Pierre Carette irait de soi s’il revendique cet acte terroriste depuis des années…sans émouvoir ni magistrats, ni enquêteurs !

J’ai donc décidé :

De me porter partie civile pour le préjudice subi !

Une seule chose est parfaitement claire :
La nuit du 12 au 13 mai 1984, à l’occasion de la manœuvre Oesling, un homme a bénéficié d’un PERMIS de TUER. Avec, en prime, un acte d’impunité.
« Nous, on riait ! » ironise le lieutenant-colonel er Urbain. ( Le Jeudi du 22-2-2008 )
Je ne pense pas que monsieur Fresches, truffé de plomb en faisant correctement son boulot, pas plus que moi, n’ait jamais eu la moindre envie d’en rire.

Fait à Houffalize le 9 juin 2008

Lucien Dislaire

112

17.06.2008, 17:06


Une seule chose est parfaitement claire :
La nuit du 12 au 13 mai 1984, à l’occasion de la manœuvre Oesling, un homme a bénéficié d’un PERMIS de TUER. Avec, en prime, un acte d’impunité.
« Nous, on riait ! » ironise le lieutenant-colonel er Urbain. ( Le Jeudi du 22-2-2008 )
Je ne pense pas que monsieur Fresches, truffé de plomb en faisant correctement son boulot, pas plus que moi, n’ait jamais eu la moindre envie d’en rire.
Fait à Houffalize le 9 juin 2008
Lucien Dislaire
... daat do ass jo wiirklech eng "histoire belge " déi nët méi ze toppen ass !
Do werte jo elo nach weider piquant Détailer am BL-dossier erauskommen !
Mol gespaant wéi daat weider geet !
Das sogenannte Theodizeeproblem :
Kann oder will Gott das Leid in dieser Welt und die Untaten seiner Kirchenmänner nicht verhindern?
Wenn er es nicht kann, ist er nicht allmächtig, wenn er es nicht will, dann ist er nicht allgütig !

Machiavelli's Ghost

unregistriert

113

17.06.2008, 18:08

jo, do kennt et knuppen deck
eng geschicht op dei aner
daat kann nach knuppenfreid gin

hei nach eng kleng trouvaille aus den belgen forumen

"L'affaire des poseurs de bombes au Luxembourg se révèle etre une affaire de la gendarmerie. Le motiv était d'après le procureur Roby Biever la protestation "contre un laxisme en matière de sécurité." Intéressant qu'on retrouve la meme formulation dans le rapport du sénat sur STBH en relation avec le vol d'armes à l'ESI, le vol de telex à l'OTAN etc...

En lisant les passages sur le groupe G dans le rapport sur les disfonctionnement dans les enquetes TBW on retrouve le meme état d'ame qui existait dans certains cercles de la gendarmerie lux.

Maintenant on m'a déjà plusieurs fois confirmé que les frontières qui séparent les deux pays n'existaient pas au niveau de la gendarmerie. Les officiers luxembourgeois sont formés à l'ERM. La BMG s'entrainait régulièrement avec les collègues de l'ESI et d'autres liens existent. Just à titre d'exemple. Lorsqu'on a organisé l'observation de Bernard Geiben (ancien commandant de la BMG) à Bruxelles celle-ci a échoué parce qu'il a reconnu ses collèges belges, qu'il connaissait depuis leur formation.

Quelqu'un peut me renseigner sur d'éventuelles liens entre des gendarmes belges faisant partie de groupe d'extreme-droite (Groupe G) et des Gendarmes luxembourgeois ?"


den groupe get ganz oft responsable gemach fir tueries de brabant
decription Groupe G

"...UN PLAN, UN ORDRE BLEU
Nous étions une douzaine de gendarmes au groupe G. Il y avait un groupe similaire pour les militaires de l'ERM, un autre pour l'ULB. Moi, je restais d'abord gendarme. Quand j'ai vu ces fanatiques, j'ai fait rapport à la BSR, puis à un colonel de l'état-major, qui a alors tout fait stopper. Mais j'ai continué à les fréquenter, malgré l'ordre de les quitter. Je n'ai plus fait rapport à la gendarmerie, mais à d'autres, des Américains. Entre 1975 et 1976, j'ai vu le coordinateur du groupe G, le maréchal des logis Mievis, passer à Dossogne des dossiers de l'état-major, dont un politique. Clairement, il s'agissait de plans d'actions, de constituer des bandes pour des hold-up sanglants, de former des groupes politiques d'extrême-gauche pour des attentats. Il était bien question de grandes surfaces, de tueries déguisées en hold-up. Ainsi que de fournir armes et protection à des truands sans qu'ils sachent d'où ça venait. But: créer un climat de déstabilisation pour renforcer le pouvoir et les forces de l'ordre. ..."
Lundi 23 novembre 1992 (No 273) dans Le Soir
Auteurs: HAQUIN,RENE

114

17.06.2008, 22:13

a t on cherche chez les voisins part III

Dann huet den lucien, den dislaire jo dann ewuel fakten geschaaf, an sech no allen saiten oofgedeckt, an den procureur vun mons kann an muss jo dann ewuel eppes ennerhuelen,
den 220508 ass sech nach d´fro gestallt ginn „si on le laisse faire“
Bei ons sinn mer nach net esou wait, mee die enquete aus der belsch waert ganz sier ops leztebuerg iwergraifen, an daat alles nach jhust viruns der vakanz, eng frechheet….
Briessel oder den lampertsbierg waerten och schons telefoniert hunn….an dann nach die schlecht news aus irland, aarmen student


Hei nach eng trouvaille aus den archiven..
Vielsalm 84

Aus der zeitung für wahrheit und recht (mai 1984)

,,Einen ersten Feindkontakt gab es gestern morgen in den ,Feienerhecken'. Die luxemburgische Armee war im Begriff, zu ihren Stellungen zufahren, als sie eine Einheit von, Guerilla-Kämpfern beim Überqueren einer Landstraße erblickte. Die Einheit konnte jedoch noch nicht gestellt werden."

Dobai waren ons jongen vum bierg dach deemols grad zereck aus norwegen vum nato-training, se waren den terrain bei ons wuel net mie gewinnt…….
D´guerilla wor villait ennerwee, op vielsalm ( 50 km loftlinn) an haaten sech verlaaf, deemols guef et jo nach keen gps fir an d´taesch ……….


Jo jo lues an lues klaert sech den militaereschen deel danns op, vill kandidaten sinn jo wuel bei eis net mie do….die eng oder aaner sinn jo sier aus der schosslinn geholl ginn an krien secher nach mie decken salair fir datt se roueg sinn.
Oder sinn nach aaner mouken bei deenen scouten ze sichen ?? waren se ieren nach aanersaits illegal aktiv?

Do war awer nach die NALUX CONFIDENTIAL geschicht vun onsem krichsminister (post nr 71 vum 160508 hei an der rubrik)
soll eis chamberkommissioun schons eppes gesinn hunn am archiv um härebierg ??

et huet enn nie mie eppes dovunner hieren, mee deen ass jo och vill am ausland ops tournee, d lescht woch wor en jo nach zu kabul, villait war hien ons helicoen jo kucken, die zu bukarest um nato-sommet bestallt ginn sinn…. http://www.dp.lu/groupeparlementaire/qp/cmeisch/20080422_2489_r.pdf
An deer chamberkomissioun vun haut setzen iwregens och leit die deemols no dem haer santer senger märchenstunde aus den 90 joeren, sech matt haenn an fiess gewiert hunn fir datt deemols eng enquete sollt stattfannen, annerer sinn haut nach minister an onserer regierung….


Mee dann bleiwen jo nach 2 aaner voleen, den politeschen an de finanziellen, woubai muss bemierkt sinn, dass die 2 ganz staark anenaaner graifen (ganz grouss omerta) et a qui profite le crime ??
woubai ech mech besonnesch ops den politeschen freen......

Mol kucken waat an engem joer nach iwreg bliwen ass vun onser elite net nemmen der politescher..

Gespaant sinn ech och waat ons investigativ an subventioniert press vum bistum, ons dann waert wessen loosen iwert die lescht news aus der belsch, wann et jo beim lucien zou geet wie am dauwenschlaag
Ass iwerhaapt eng gare zu houffalize fir en journaliste ouni führerschein?? Do waert den procureur vun mons och elo gesoot krien waat an wie et ze maachen ass…….

An deem senn :thumbup:

cy
wou sin ech drun ?

de richtege Wee : "Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."

"Deception is a state of mind and the mind of the State" :thumbup:

Dieser Beitrag wurde bereits 3 mal editiert, zuletzt von »c23y78« (17.06.2008, 22:30)


Machiavelli's Ghost

unregistriert

115

18.06.2008, 17:10

Ass iwerhaapt eng gare zu houffalize fir en journaliste ouni führerschein

dein leisst sech iwer houffalize mam fallschirm ofsetzen; als treien wacl zaldot huet hien daat dach ganz bestemmt an engem stage "infiltration d'un environemnet subversif" geleiert
villeicht leisst en sech, aus gewunnecht, villeicht zou viesalm ofsetzen .... :D

Jempi

Administrator

Beiträge: 2 590

Wohnort: Beim neien Prisong

Beruf: Meckerer

  • Nachricht senden

116

18.06.2008, 17:26

Dat hei gët mir esou lues ze vill surrealistesch, ech gesinn hei just nach d'Aueren vum Salvador Dali vum Dësch erofdrëppsen, awer näischt méi, wat iergendeppes mat der Réalitéit ze dinn hätt.

Dat ass och eng Mëtod, vir een Sujet dout ze kréien, en esou an d'Lächerlechkeet an an d'Onglaubwürdegkeet ze zéien, dass d'Leit nach just den Kapp rëselen an definitiv hierer Wee ginn.

PS: Ech sinn nach ëmmer un där Affair interesséiert, awer net un all aus den Fangeren gesuckelten Erfindungen, och wann déi aus aneren Foren kommen.
"Truth is the most valuable thing we have. Let us economize it."
Mark Twain

Europäer

unregistriert

117

18.06.2008, 18:18

Dat hei gët mir esou lues ze vill surrealistesch, ech gesinn hei just nach d'Aueren vum Salvador Dali vum Dësch erofdrëppsen, awer näischt méi, wat iergendeppes mat der Réalitéit ze dinn hätt.

Dat ass och eng Mëtod, vir een Sujet dout ze kréien, en esou an d'Lächerlechkeet an an d'Onglaubwürdegkeet ze zéien, dass d'Leit nach just den Kapp rëselen an definitiv hierer Wee ginn.
Jempi, do kann ech der nëmmen Zoustëmmen ! Do kann een sech och froën : "Warum in die Ferne schweifen, wenn das Böse so nahe liegt ?"

Machiavelli's Ghost

unregistriert

118

18.06.2008, 18:43

bejour

ech hun gefill wei wann e puer leit hei mengen hei geifen e puer user ( ech inklusive) saachen erfannen, dei net esou sinn

an och dei meinung den sujejt dout ze kreien, as total verfehlt.

waat mer hei probeieren, as eben just den contraire: bommen affaire esou fresch wei meiglech ze haalen, daat nemmen kein op d'idee kennt se ze begruwen

an eis och eigen gedanken doriwer ze machen, an dei saach en beschen ze rechercheieren

well et awer zou letz. net vill ze mellen get, kucken mer emol en beschen bei eisen noperen; an do get et vill ze liesen, an vill neies, och wann et schon aal as
firwaat: well letz. press dei fakten bis elo ignoreiert, maat ausnahm vum dr seltsam sengen artikelen am feierkrop

an nach eppes:
daat meischt material aus den belgen forumen as net aus den fangeren gesuckelt
daat sin, bis op eng ausnahm, alles artikelen dei an der belger presse publizeiert gin sin
also keng obskur fritten hypothesen ...

nach en scheien owend
m.

119

18.06.2008, 21:14

Also ech hun hei awer eng Meenung déi diametral zu dèr vum Jempi (an Europäer) senger steet.
Ët ass alt ërem eng Kéier de Symptom vun der lëtzebuerger Mentalitéit
déi alles verwerft waat ë bëssgen aus dem alldäglechen Schema ërausfällt.
Ech bewonneren am géigendeel zudéiwst dem Macchivelli an dem C23 hir Obstinatioun an hiren Courage
fir esou vill Elementer ëwéi méiglech an dèr Affaire zesummenzedroen. Chapeau :!:
Mir wësse jo, dass weder ons Regierung, nach ons Justiz, nach ons Polizei (et pour cause ) nach d'Presse (well se vun der Regierung gesponsert ass) interesséiert sin Liicht an déi ganz heikel Saach eranzebrengen (ausser villäicht RTL mam M.Thoma etc).
Ech wees, dass daat e Verhaalen deen de klengkarréierten Lëtzebuerger friëm ass :
eppes a Zweiwel ze zéien an ze hannerfroen wou d'Autoritéit den Daum drop hällt, fir falsch erklärt, an dann ënner den Teppech kiert !
Dofir si mir zu L jo Weltmeeschter !
Dëse Forum ass déi beschte Plate-forme déi ët erlaabt dësen investigativen Useren d'Geleegenheet ze gin ëmool hir Versioun vun de Faits'en duurzeleen an déi mat wichtegen Taatsaachen an Témoignagen vun ähnlechen oder konnexe Fäll aus dem noen Ausland ze vergläichen.
Gët daat dann etwa vun onser Justiz gemaach, obschon ët évident Hiweiser gin, dass ësou eng Connexion besteeht !
NEEN :!:

Also w.e.gl. respektéiert dach wéinstens déi Leit, déi de Mut hun fir hir Investigatiounen hei präiszegin an zwar nët op
esou eng primitiv Artt a Weis wéi "Privat " oder ähnlech Kéisblieder !
Komm mer loossen ëmool an Zukunft deen abwertende Bëgrëff vun „ Verschwörungstheorie „ ëweg, jiddereen soll hei d’Recht behaalen seng Meenung an dësem aussergewéinlechen Skandal an der lëtzebuerger Geschicht duurzeléen an ze beléen .
Déi, déi an dësem Dossier näischt wëssen a soss nëmmen iwer hartnäckeg Recherchen vun aanere meckeren, sollen sech dach grad an dëser Saach ë wéineg zeréckhaalen !
Also Jongen maacht esou weider a loosst iech virun allem vu kengem découragéiren !
Das sogenannte Theodizeeproblem :
Kann oder will Gott das Leid in dieser Welt und die Untaten seiner Kirchenmänner nicht verhindern?
Wenn er es nicht kann, ist er nicht allmächtig, wenn er es nicht will, dann ist er nicht allgütig !

120

20.06.2008, 09:44

a t on cherche chez les voisins part III bis

hei dann fiktioun aus der letzebuerger press :

zitat journal vum 210608 :

En marge du rebondissement de l'affaire des Cellules Communistes Combattantes en Belgique: On reparle de l'<<affaire Vielsalm>> et d'Oesling 84
Alors que la Commission de contrôle parlementaire du service de renseignement de l'Etat luxembourgeois continue aujourd'hui son travail sur les activités du SREL dans le cadre de l'enquête sur les attentats à l'explosif au cours des années 1984-1986 et qu'elle s'apprête à entendre le procureur général sur les services secrets et les <<Bommeleeër>> la semaine prochaine, une affaire explosive datant de la même époque agite en ce moment de nouveau nos voisins belges.
Il s'agit de l'épisode des fameuses <<Cellules Communistes Combattantes>> dont les deux <<chefs>>, Pierre Carette et Bertrand Sassoye, condamnés en octobre 1988 à la prison à perpétuité pour 28 attentats à la bombe - dont un fatal pour deux pompiers - entre octobre 1984 et décembre 1985. Entretemps remis en liberté conditionnelle, les deux hommes ont de nouveau été arrêtés jeudi 5 juin par les autorités belges ensemble avec d'autres militants ou proches de l'association <<Secours Rouge>>, dont une journaliste de la RTBF.
A Carette, on reproche le non-respect des conditions de libération conditionnelle pour être entré en contact avec d'anciens compagnons de lutte, à Sassoye même l'<<appartenance à une organisation terroriste>> - on aurait retrouvé chez lui une mèche explosive et deux fusées pyrotechniques - du matériel pour un feu d'artifice à l'occasion d'un mariage, selon son avocat. Sassoye, auquel on reproche par ailleurs des contacts avec le Parti Communiste Politico-Militaire en Italie, résurgence présumée des Brigades Rouges, reste pour l'instant en détention.
Lettre ouverte du seul inculpé dans l'affaire Vielsalm
En ce qui concerne Carette, le Tribunal d'application des peines belge, argumentant qu'une décision de 2003 autorisait l'accusé de façon explicite de fréquenter ses anciens compagnons des CCC, a ordonné ce mercredi la libération de Carette. En Belgique, on s'interroge outre sur la façon de procéder du parquet, également sur le moment de cette arrestation. Curieuse coïncidence: quelques jours avant les arrestations de Carette, Sassoye et d'autres un certain Lucien Dislaire préparait une <<lettre ouverte à la Justice et à la Presse belges>> revendiquant la réouverture du <<dossier Vielsalm>> sur base de la loi antiterroriste et dit envisager porter plainte contre l'ancien leader des CCC.
Retour sur les faits: Dans la nuit du 12 au 13 mai 1984 la caserne des Chasseurs Ardennais à Vielsalm avait été attaquée laissant un soldat grièvement blessé (voir aussi à ce sujet notre article du 8 février). Des armes dérobées lors de cette attaque avaient été retrouvées plus tard dans un appartement conspiratif des CCC à Bruxelles et auprès d'un autre mouvement d'extrême-gauche, Action Directe, en France.
Depuis, les CCC ont été médiatisés comme les responsables de cette attaque, d'autant plus qu'ils la revendiquaient officiellement. Or, aucun des membres des CCC n'a jamais été accusé, voire jugé pour des faits en rapport avec cet incident. L'acte d'accusation contre Carette et compagnie de juillet 1988 ne pipe mot de Vielsalm.
En septembre 1985 toutefois, le quotidien belge <<Le Soir>> publiait le témoignage de Lucien Dislaire, un ancien paracommando et mercenaire qui révélait que l'attaque sur la caserne de Vielsalm faisait partie d'un exercice de l'OTAN baptisé <<Oesling 84>> auquel participaient tant les armées belge et luxembourgeoise ainsi que des <<special forces>> américaines et d'autres <<éléments>> non clairement identifiés. Une partie de la manoeuvre sur le territoire belge se déroulait sous le contrôle des services secrets belges, ce qui a d'ailleurs amené le sénat de notre pays voisin à considérer la manoeuvre dans son noyau comme opération <<stay behind>>. Du nom d'un réseau secret de l'OTAN, mis en place dans plusieurs pays dont la Belgique et le Luxembourg pour organiser la <<guérilla>> en cas d'attaque de forces du Pacte de Varsovie. Oesling 84 pourrait avoir servi à entraîner des agents <<stay behind>>. Un indice constitue l'utilisation d'armes non-réglementaires qui ont été utilisées selon des témoins lors de l'attaque sur la caserne de Vielsalm - et d'ailleurs lors d'un tir de nuit quelques jours plus tôt - comme cette mitrailleuse Thomson dont une rafale avait touché de plein fouet un adjudant de garde. Selon les dires de ce militaire, miraculeusement rescapé, une deuxième rafale lui a été assénée à bout portant.
Le seul inculpé dans le dossier Vielsalm reste à ce jour Lucien Dislaire. L'ancien paracommando et mercenaire apparemment recruté lors d'Oesling 84 par l'opération de manoeuvre belge pour transporter des commandos vers les environs de la caserne de Vielsalm s'était retiré le 12 mai 1984 au soir, après avoir déposé des militaires dans les environs de la caserne. Il apprendra le lendemain à la radio la <<bavure>> à la caserne. En cavale en France suite à des poursuites dans une affaire d'escroquerie, Dislaire confiera plus tard à la presse belge sa version de <<l'affaire Vielsalm>>. Quelques jours après la publication de ses révélations au journal <<Le Soir>>, il se verra inculpé pour attaque à main armée avec vol d'armes et tentative d'assassinat. Poursuivi pendant des années et arrêté au Luxembourg, Dislaire bénéficiera d'un non-lieu en 1991, non sans avoir purgé sa peine pour l'affaire d'escroquerie intégralement - chose assez peu commune en Belgique, toutes les réductions de peine lui ayant été refusées.
Il a à présent décidé de se porter partie civile dans l'affaire de Vielsalm. Il publie sa lettre et envisage d'entamer des actions en justice dans l'espoir que la justice demandera enfin des comptes à Carette et compagnie pour l'affaire de Vielsalm - et que la responsabilité des CCC, piste <<officielle>>, soit enfin examinée de près. Bien d'autres pistes pourraient alors se présenter à l'enquête.
Un lien avec les <<Bommeleeër>>?
Dislaire met les événements d'il y a 24 ans d'ailleurs dans sa lettre ouverte volontiers en relation avec l'affaire des <<Bommeleeër>> au Luxembourg, où le premier des attentats de la série eut lieu quinze jours à peine après la fin officielle d'Oesling 84. Une manoeuvre sur laquelle plane toujours une ombre quant à la participation luxembourgeoise.
Ainsi, les autorités du Grand-Duché ont bien confirmé du bout des lèvres la participation de l'armée luxembourgeoise et les agissements de forces spéciales américaines sur le territoire luxembourgeois et répondu que le Commandant des <<Brigades Mobiles de la Gendarmerie>> d'alors, Pierre Reuland, ex-commandant de la Gendarmerie démentait que ses unités spéciales avaient participé à l'exercice. Mais la question parlementaire qui cherchait à savoir si des éléments luxembourgeois avaient participé de près ou de loin aux incidents sur le territoire belge au cours d'Oesling 84 attend toujours une réponse aujourd'hui... c.


waat jo amfong die aaner posten (erfindungen ?) resumiert......


dese saatz trefft et genee : "Warum in die Ferne schweifen, wenn das Böse so nahe liegt ?" (50 km) :thumbup:


an deem senn

cy
wou sin ech drun ?

de richtege Wee : "Ne rien nier à priori, ne rien affirmer sans preuve."

"Deception is a state of mind and the mind of the State" :thumbup:

Dieser Beitrag wurde bereits 2 mal editiert, zuletzt von »c23y78« (21.06.2008, 08:55)


Ähnliche Themen